La folie des Naive New Beaters prête à s’emparer de Scène 55

La folie des Naive New Beaters prête à s’emparer de Scène 55

26 avril 2017

Ils s’appellent David Boring, Eurobelix et Martin Luther BB King. Semblent habités par une douce euphorie. Et squattent les ondes depuis l’été dernier avec les entêtants Heal Tomorrow et Words Hurt. Le trio Naive New Beaters sera à Scène 55 le vendredi 26 mai pour y présenter son troisième album, A la folie, dans les bacs depuis le mois de juillet. Un opus joyeusement barré, fruit d’une triple rupture sentimentale, où les courants musicaux s’entrechoquent sans jamais sonner faux. Ou comment noyer un chagrin d’amour dans un déluge de rythmes endiablés… Interview.

Comment décrire le style Naive New Beaters ?
Comme un mélange de pop, d’electro, de disco, de rock et de hip-hop… Mais, entre nous, on parle plutôt de pop rappée avec des sentiments chaloupés !

A la folie est le fruit d’une triple rupture sentimentale…
C’est vrai ! Juste avant la création de cet album, nous nous sommes faits larguer tous les trois. Nous n’avions, également, plus de label. Nous étions donc libres de nous laisser aller !

Heal Tomorrow vous a permis de conquérir un nouveau public, plus large. Qu’est-ce que cela a changé pour vous ?
Nous sommes davantage reconnus dans la rue ! Notre premier album datait de 2009, le second de 2012. A la folie a permis aux médias de refaire un focus sur notre groupe et sur notre musique. Nous avons été invités sur différents plateaux de télévision, avons donné des interviews, sommes partis en tournée…

Comment s’est passée votre collaboration avec Izia Higelin, présente sur Heal Tomorrow ?
Très bien ! En fait, ce titre avait été enregistré dans le cadre d’un mini-album pour lequel nous avions mis en boîte onze titres en duo avec des artistes comme Izia, Adrien Gallo, Oxmo Puccino, Gush… Et comme Heal Tomorrow était dans le thème d’A la folie puisqu’il parle de rupture, nous l’avons inclus à l’album.

Un petit mot sur la Naive New Beer ?
On avait envie de créer notre propre bière. On a donc trouvé une micro-brasserie avec qui l’on travaille depuis trois ans maintenant. On a choisi de faire une bière super houblonnée, une bière blonde et chaloupée comme notre musique !

Avec trois albums à votre actif, une tournée en cours, votre propre marque de bière… on ne vous arrête plus ! Quels sont vos projets pour la suite ?
On continue notre tournée. On sera notamment au Main Square Festival d’Arras en juin et aux Vieilles Charrues de Carhaix-Plouguer en juillet… On s’est aussi remis à composer et on vient de sortir le clip interactif de notre single Words Hurt.

Vous jouerez chez nous le vendredi 26 mai. Est-ce que vous connaissez la Côte d’Azur ?
Oui ! On vient souvent à Cannes pendant le Festival. Il y a une ambiance de “ouf” sur la Côte d’Azur ! Les fêtes sont superbes et les gens aussi !

+ Billetterie